Le Mythe de Narcisse, ou l’illusion de la guérison par la connaissance de soi

 

L’histoire racontée par Ovide dans ses Métamorphoses est bien connue. L’Iriope, la mère de Narcisse, vient interroger l’oracle pour savoir si son fils verrait son existence se prolonger dans une vieillesse avancée. L’oracle dont les réponses sont infaillibles fait connaître son verdict : « S’il ne se connaît pas », « Si se non nouerit ». La condition pour atteindre à l’âge de la sagesse est donc posée : ne pas se connaître, surtout ne pas savoir qui l’on est, car savoir équivaut à un arrêt de mort.

François Roustang

 

L’auto connaissance est fatale. Car le savoir dissocie l’énergie de vie du corps. Or la psyché, l’amour inconditionnel, ce souffle de vie qui anime et rend vivant, ne peut se révéler qu’au travers du corps. Le corps n’est rien sans cette énergie. D’ailleurs, parler de guérison psychique a-t-il vraiment du sens ?

L’âme (la psyché), n’a pas de limites. Elle est une conscience vaste dont nous ne percevons qu’un pan. Rester dans le savoir c’est se soumettre à une autorité dogmatique qui nous contraint dans nos certitudes, nos normes et nos principes. Et tout cela fait obstacle à l’énergie de vie.

Le personnage égotique, image illusoire de soi-même créée de toute pièce par le mental (pensée analytique), fonctionne uniquement avec le savoir. On aurait tort de lui en vouloir car, tout seul il ne sait rien faire d’autre. C’est d’ailleurs son unique fonction. L’erreur réside simplement dans l’importance du rôle que nous lui attribuons dans notre représentation de nous-mêmes et du monde. L’éveil de la conscience de notre ÊTRE ainsi que son expression optimale ne peuvent se réaliser par le biais de cet espace.

 

L’individualisme occidental qui a cru découvrir l’existence d’un psychisme séparé et qui a voulu le soumettre à une cure spécifique a dû déclarer forfait. Si cette cure réussit,… ce n’est pas par l’analyse des mécanismes intérieurs à ce psychisme supposé, c’est parce que la psyché, qui est le souffle vital, retourne au corps et à son environnement

François Roustang

 

Reprendre contact avec la source, la psyché, et entretenir le lien qu’elle a avec le vecteur de son expression qu’est le corps au travers de sa sensorialité, est la seule façon de se permettre d’ÊTRE véritablement et de se découvrir. C’est ainsi que naturellement, à chaque instant, on trouve sa place sans lutte ni séduction. Cette place peut évoluer au fil de notre vie, au même titre que chaque être évolue.

C’est notre capacité à nous laisser toucher qui garantit notre évolution. Le mouvement est l’action de vie par excellence. Autant dire alors que se limiter à ce que l’on connaît déjà est la fin de l’évolution ; c’est un acte de jugement définitif et de maîtrise vis à vis de soi et des autres.

Laissez-vous être à cet instant présent, laissez-vous animer par le plaisir de vous découvrir. Faites-vous surprendre par vous-même en accueillant les personnes et les événements comme des opportunités d’évoluer et de grandir.

L’âme, dans son Essence, est perméable à ce qui se passe à chaque instant autour d’elle. Elle ne cherche pas à saisir ni à garder. Fondamentalement, elle ne maîtrise rien et n’a que faire des jugements produits par des certitudes sur un sujet. Le lâcher prise se situe là. Dans cette capacité à se laisser toucher par le monde extérieur sans chercher à maîtriser les personnes, les choses ou les événements.

Lâcher prise n’est pas rien faire. C’est retrouver la capacité de se mettre en connexion avec son âme et de la ressentir au travers de son corps dans l’instant présent. Et ainsi faire confiance à son radar personnel qu’est l’intuition pour agir en accord avec soi.

 

Nul ne touche s’il n’est touché, nul n’a un intérieur qui ne soit à chaque instant soutenu et supporté par l’extérieur

François Roustang

 

Ne pas s’attacher au savoir, c’est s’arracher à ses habitudes paralysantes. Aller au-delà de sa maîtrise, abandonner tout se que l’on croit être pour enfin retrouver ce que l’on EST en surpassant ses dons. C’est se préserver des lois rigides érigées par le mental en se fondant dans la souplesse, l’aisance et l’audace du ballet de la vie.

C’est rendre grâce à son âme que de s’ouvrir au souffle vital dans lequel elle sait entrer et se soumettre pour en capter toute la puissance, et en bénéficier. Le principe même du vivant, n’est-il pas de s’adapter sans cesse à son environnement ?

Devenez les explorateurs de votre Essence. Détectez d’abord les blessures qui vous entravent pour mieux les panser et vous permettre d’aller le plus loin et le plus haut possible dans ce qu’il vous est donné de réaliser ici. Vous aurez ainsi l’immense plaisir de découvrir l’ensemble de vos dons et de vivre pleinement qui vous êtes. Car vous n’en connaissez qu’une part infime.

La seule certitude qui soit est que nous ne savons pas. Et, n’est-ce pas une bonne nouvelle ?

 

Photo : Claire Vallée, Inde 2017

Cet article est fortement inspiré par : 

La vie, les gens, l’amour, les séances d’accompagnement par l’hypnose thérapeutique,

L’ouvrage « La fin de la plainte » de François Roustang, Edit° Odile Jacob :

Philosophe et psychanalyste de formation, praticien original, François Roustang est sans doute celui qui s’interroge avec le plus de force critique sur le sens et l’effet des thérapies. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages désormais classiques, comme « Qu’est-ce que l’hypnose ? » et « Comment faire rire un paranoïaque ? »

Que cherche un patient qui vient voir un thérapeute ? Il s’épanche, il se plaint, il dit vouloir changer. Mais comment faire ? … Gémir, ruminer, récriminer ? Chercher une écoute, une consolation pour mieux patauger dans nos « problèmes » ? Non, répond François Roustang. Il faut au contraire en finir avec la plainte, sortir de notre moi chéri, que nous cultivons à coups de jérémiades. À cette condition, nous pourrons vraiment réfondre notre existence pour nous ouvrir enfin au monde et aux autres.

 

Cet article intitulé : "Je ne sais pas !" ( https://cecilericolleau.fr/2017/12/je-ne-sais-pas/) a été écrit par Queen Belili le 14 décembre 2017 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Laisser un commentaire