Une décision, une pensée, faire ou ne pas faire à une minute près et tout peut basculer. Cela fait longtemps que j’ai saisi l’importance d’être parfaitement connecté à son intuition, à son Essence. Se faire confiance en se déconnectant de son mental, de cet égo générateur de pulsions et de désirs jamais inassouvis.

Il me semble que si nous avions quelque chose de fondamental à transmettre à nos enfants, ce serait cette capacité à se connaître et à ressentir les choses avec le coeur. Leur apprendre à développer leur intuition et non sans déconnecter, comme on leur enseigne à l’école et dans la société d’aujourd’hui. Et puis ensuite, s’y tenir. Tenir la distance et savoir affronter l’adversité sans baisser les bras au moindre obstacle. Sentir que pour un objectif qui leur tient à coeur, différents chemins sont possibles. Le tout étant de trouver le sien. Que la comparaison avec les autres est anxiogène et stérile. Seule leur présence peut être enrichissante. En cela, les réseaux sociaux sont morbides ; il sont tout le contraire de la vie. Un moment de gloire superficielle. Qu’ils soient conscients de cela tout en sachant jouer avec les codes pour mieux les démanteler, et c’est gagné !

Être sur le point de perdre un être cher, perdre un confort matériel ou sentir qu’on ne peut compter que sur soi-même, sont des moments particulièrement intenses de la vie. De la capacité à savoir être seul avec soi-même et trouver toute la ressource en soi dépend notre capacité d’évolution. Nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne. Bien souvent, je constate que ce sont les personnes qui sont dans un confort social, professionnel ou économique le plus grand qui savent le moins apprécier la vie et tendre la main. Ces personnes voient uniquement ce qui leur manque, croient qu’elles seront plus heureuses avec quelque chose de plus. Se retrouver dans la situation de devoir faire sans quelqu’un ou quelque chose, perdre des amis, est quelquefois une expérience qui fait prendre conscience de la valeur de ces personnes ou de ces choses.

Je vois mes enfants évoluer dans une société en pleine mutation. Sans rien leur dire, ils constatent ce manque d’harmonie actuel. Ils le vivent. Ils vivent leur vie d’adolescents de leur âge mais sentent bien que ce monde a besoin d’aller vers plus de bienveillance et de respect pour le vivant. Ils ne m’appartiennent pas, ce sont les citoyens de demain. Mon rôle est juste de faire en sorte qu’ils soient bien avec eux-mêmes tout en sachant respecter la vie qui les entoure. J’aurai alors réussi mon job. Mon meilleur job. Pour le reste, je leur fait confiance. Ils ont une grande capacité à gérer émotionnellement des situations critiques, à s’adapter aux situations d’une façon surprenante. Ils m’émerveillent par les attentions qu’ils peuvent avoir envers certains ainsi que leur capacité de liens profonds qu’ils nouent avec leur entourage. Ça les sauvera ! J’ai confiance en eux.

Le papillon déploie une grande énergie à se défaire de son cocon pour pouvoir enfin s’envoler. Cette étape est fondamentale car elle lui permet de renforcer et préparer ses ailes pour la suite de sa vie. C’est la garantie de sa capacité à voler une fois libéré. De même, les individus qui sont le mieux préparés à la vie sont ceux qui ont dû faire face à de nombreuses épreuves. Ce que nous appelons des échecs. Ou devrions-nous dire, des opportunités de grandir. De devenir des êtres matures, spirituellement évolués. Ne déchirons pas le cocon à leur place car cela les rendrait incapables de voler de leurs propres ailes. Ce serait les condamner à la mort.

Je suis éberluée de voir à quel point certains de ces enfants font montre d’une évolution spirituelle bien plus élevée que la plupart des adultes. Ils savent, naturellement ils savent. Nous devrions leur faire d’avantage confiance. Cette génération a du pain sur la planche. Et nous, nous devons les aider à mettre en place cette nouvelle société. Nous devrions être plus humbles et commencer dès maintenant à faire notre part, car nous leur empruntons cette Terre. Tous nos actes et pensées sont un modèle pour eux. Libérons-les de nos blessures, faisons face à nos parts d’ombres sans les nier, et évoluons. Ils ont besoin de nous pour les aider à semer les graines d’un monde de paix et d’harmonie.

Tom et Noa, je vous souhaite tout le bonheur du monde.

 

Cet article est fortement inspiré par : 

La vie…

Photo : Benoît Mortreux

 

Cet article intitulé : "La vie ne tient qu’à un fil…" ( https://cecilericolleau.fr/2017/08/la-vie-ne-tient-qua-un-fil/) a été écrit par Queen Belili le 18 août 2017 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Laisser un commentaire