La misère aime la compagnie 

Je sens qu’au plus profond de moi, cette énergie est destructrice. Je la perçois maléfique et pernicieuse, ancrée tel un programme collectif inconscient destiné à maintenir dans la peur et la souffrance. La parole est l’outil le plus puissant qu’il nous ait été donné en tant qu’êtres vivants. Elle est puissante, si puissante qu’un seul mot peut donner vie et courage ou bien anéantir. Tout dépend de comment nous l’utilisons.

Elle est notre pouvoir créateur. Manifestement mal maîtrisée, cette puissance n’est nullement appréhendée en conscience. C’est bien dommage car elle est à la source du maintien de notre bien-être, notre bonheur. Elle a la capacité de maintenir la paix intérieure.

Observez les interactions humaines quotidiennes et rendez-vous compte du nombre de fois où nous nous jetons des sorts les uns les autres par nos propos. Cette façon d’agir a fini par devenir la pire forme de magie noire, que l’on appelle la médisance, ou la propagation de rumeurs

Don Miguel Ruiz

Combien de fois me suis-je sentie mal après une conversation où des paroles de jugements envers autrui y étaient exprimées ! Combien de fois me suis-je sentie triste ou en colère après que quelqu’un m’ait divulgué des paroles négatives exprimées à mon encontre par une personne chère ! Je me rappelle encore la sensation brutale d’explosion intérieure due à l’envie d’exprimer à mon tour les griefs que je lui avais pardonnés, jugeant ses paroles irrespectueuses à mon égard !

La parole fait mal si elle est utilisée dans un moment d’emprise émotionnelle de la peur et la souffrance, même inconsciente. Car malheureusement, nous avons tous été programmés par des accords générant les émotions liées à la peur. C’est le fonctionnement de notre société. Notre esprit est programmé par des accords générés par nos parents, nos frères et sœurs, nos enseignants et autre adultes lors de nos premières années de vie. Sans nous en rendre compte, ces paroles négatives nous ont coupés de nos élans authentiques accordés sur notre âme.

Chaque fois que l’on écoute une opinion et qu’on la croit, on conclut un accord qui s’intègre à notre système de croyances

Don Miguel Ruiz

Lorsqu’un petit garçon, préférant plutôt dessiner que jouer à la « guerre » avec ses copains, s’entend dire par son père : « Ce sont les filles qui font ça ! Si tu ne veux pas qu’on te prenne pour un homosexuel, va jouer avec les garçons ! » , cela inscrit une croyance en lui qui finira par le couper de ses émotions positives. L’acte de dessiner lui procure instinctivement beaucoup de joie. Regardez un jeune enfant être ; il fait ce qu’il aime sans se soucier de l’image extérieure qu’on lui renvoie. C’est ça être libre. Ces paroles négatives le blessent et lui font croire qu’il n’est pas une bonne personne. Elles affectent son amour-propre et l’éloignent de sa capacité à être dans l’amour ; de ce qu’il fait et de ce qu’il est. Le danger est qu’il finira par croire que s’il dessine, cela lui fait perdre son identité sexuelle masculine. Là commence la peur, qui génère la souffrance. Un premier accord est passé pour le restant de votre existence !

Les émotions liées à la peur apparaissent lorsque nous luttons pour maintenir une image extérieure (masque) si éloignée de notre Essence. Et nous le perpétuons avec les autres. Toutes nos blessures créent les masques sociaux qui nous éloignent de l’amour et la bienveillance.

La médisance est devenue la principale forme de communication de la société humaine. C’est la façon dont on se sent proche les uns des autres, parce qu’on se sent mieux lorsqu’on voit quelqu’un se sentir aussi mal que soi… et les gens qui souffrent en enfer ne veulent pas rester seuls. La peur et la souffrance sont des composantes importantes du rêve de la planète ; ce sont les instruments qui maintiennent chacun tout en bas

Don Miguel Ruiz

Les paroles négatives issues de jugements et idées préconçues que nous avons sur les autres ne proviennent que de nos propres blessures. Ces plaies qui nous font appréhender la vie dans une souffrance qui nous est propre. Mais est-ce bien la vie ? Ne serait-ce pas une face illusoire de la vie ? Nos projections personnelles passent à travers notre parole. C’est ainsi que la parole génère la souffrance. C’est ainsi que la parole devient médisance. Et ce pouvoir utilisé dans l’anti création peut être assimilé à de la magie noire. Car la parole a cette puissance de création que l’on peut assimiler à de la magie. Magie blanche, source d’amour et de bienveillance / Versus / magie noire, génératrice de poison émotionnel destructeur (mal-être, pensées sombres, colère, vengeance, jalousie…)

Choisir son camp, c’est commencer par prendre conscience de ce pouvoir puis de travailler au maintien de l’énergie d’amour en soi. Ainsi, les paroles négatives ne s’installent plus en nous, et ne nous touchent plus. Elles ne génèrent plus de paroles négatives en retour. Instinctivement, j’ai toujours préféré voir la part lumineuse en chacun. J’ai toujours senti que chaque être avait une capacité d’évolution naturelle. C’est le propre de tout être vivant. Je crois qu’en magnifiant la lumière, on l’appelle à grandir en chaque âme. Que le fait même de la valoriser peut aider à transcender les zones d’ombre, favorisant ainsi le soin de ses blessures.

Je vois tout le mal que génèrent les paroles brutales de jugement fondées sur nos propres souffrances et croyances limitantes. Je vois les effets dramatiques des rumeurs et médisances. Sournoises, elles s’installent sans bruit mais finissent par détruire à petit feu. Ce constat est de plus en plus flagrant et douloureux. Voyant des individus se rapprocher des limbes jusqu’à voir disparaître leur propres ailes. Celles qui nous emmènent vers notre liberté. Je me fais spectatrice de cette énergie destructrice en n’y consentant guère. Je fais les frais de cet enfer rêvé par la société humaine.

Que votre parole soit impeccable. Voilà le premier accord que vous devriez conclure si vous désirez être libre, si vous voulez être heureux… Il est très puissant. Servez-vous de la parole de façon appropriée. Utilisez la parole pour partager votre amour. Faites de la magie blanche avec vous-même pour commencer. Dites-vous combien vous êtes formidable, combien vous êtes fabuleux. Dites-vous combien vous vous aimez

Don Miguel Ruiz

Je me fais donc la promesse de m’aimer afin de prendre soin de mon âme, et transcender le rêve de la peur en créant une vie bienveillante afin de m’immuniser contre cet enfer. Je veux, plus que jamais, prendre soin de mes pensées positives. Je désire accéder à ma liberté personnelle et à l’abondance en transformant cette peur en joie et amour.

Vous pensez que c’est illusoire ? Absolument pas ! Pour l’atteindre, il suffit juste de conclure un nouvel accord :

Que ma parole soit impeccable !

Cet article est fortement inspiré par : 

Le premier accord issu de l’ouvrage de Don Miguel Ruiz : Les Quatre accords toltèques, La voie de la liberté personnelle – Ed. Jouvence 

Don Miguel Ruiz, né et élevé au Mexique par une mère curandera (guérisseuse) et un grand-père nagual (chaman), choisit tout d’abord de suivre des études de médecine pour devenir chirurgien. Une rencontre avec la mort (NDE) au début des années 1970, changea sa vie. Il étudia dès lors la sagesse ancestrale. Devenu nagual, il partage et enseigne les enseignements des anciens Toltèques. Il est l’auteur de l’incontournable Les Quatre Accords Toltèques, paru aux Editions Jouvence.

Photo : Benoît Mortreux

 

Cet article intitulé : "Que la parole soit impeccable !" ( https://cecilericolleau.fr/2017/06/que-la-parole-soit-impeccable/) a été écrit par Queen Belili le 1 juin 2017 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Laisser un commentaire