La sexualité est un plaisir qui nous permet de nous libérer de beaucoup de pressions.  Un rapport sexuel réussi libère dans notre cerveau des endorphines, hormones qui nous procurent un sentiment de bien-être et d’apaisement. Pour la plupart des gens, il s’agit d’un simple plaisir dans l’instant présent, un divertissement. En le considérant de la sorte, sans réfléchir, nous l’utilisons comme une échappatoire qui nous aide à gérer les frustrations de notre vie. C’est un peu comme prendre son verre d’alcool, fumer une cigarette ou consommer d’autres drogues pour décompresser de sa journée de boulot, parer à l’insatisfaction d’une vie un peu ennuyeuse. Aujourd’hui, la sexualité est devenue un élément de consommation parmi d’autres.  Maîtriser l’art de la séduction et les techniques de pratiques sexuelles est même devenu un bon outil pour renflouer notre capital « estime de soi » et contribuer à une certaine reconnaissance sociale. Et notre société a contribué à créer les paradigmes qui vont avec ; belle fille, belle poitrine, belles fesses…

L’hyper sexualisation sociale

Malheureusement, ces paradigmes ont aussi conduit beaucoup de femmes à se caler sur le modèle « ultra sexualisé » qu’on attend d’elles pour que les hommes les désirent. Certaines s’immergent totalement dans le rôle avec la sensation illusoire de jouer la partition de l’indépendance et la liberté. Ce qui est flatté ici n’est pas l’être véritable de la personne, mais son ego, l’image qu’elle renvoie au monde. Etre un « bon coup » devient alors une valeur plus sûre que la sensibilité, l’empathie, la qualité d’écoute, la fidélité et la capacité à s’engager auprès d’une personne. Nous avons fini par transformer le corps en un objet sexuel, déshumanisant de fait son âme.

La femme a appris à faire l’amour par l’intermédiaire de l’homme, qui ne sait pas comment faire l’amour. D’où l’atroce situation dans laquelle se trouve l’amour. depuis le début des temps, la femme a été manipulée et encouragée à sentir que l’expression la plus noble de son amour était de satisfaire l’homme sexuellement. La vérité est à l’opposé. L’expression la plus noble de l’amour est que l’homme la ravisse sexuellement. Ceci n’est possible que lorsqu’il parvient à lâcher son excitation et sa préoccupation de l’orgasme, et à être suffisamment désintéressé ou présent en amour pour recueillir et recevoir les énergies divines de la femme. Pour lui, celles-ci sont l’expression la plus élevée de son amour à elle. Barry Long

Après avoir mis un terme à une union de vingt ans, j’ai moi-même été happée par cette envie de « profiter » de la vie en acceptant de vivre ces plaisirs légers. Je ne voulais plus être en couple et revivre une histoire d’amour car je connaissais trop bien la douleur de la séparation ; affective, morale et matérielle. Ainsi, sans vraiment chercher, je me suis laissée tentée par des histoires dont je savais au fond de moi qu’elles ne m’engageraient pas. A chaque fois protégées et dans un entourage proche. Néanmoins, au bout d’un an de succès, je sentais que cette façon de vivre ma sexualité ne me nourrissait pas de la bonne façon. Et ce, même si je ressentais et vivais le désir des hommes, et ma confiance en moi gonflée à bloc. Je ne me sentais pas honorée dans mon être. Il manquait quelque chose. Quelle était la bonne façon ? Incompréhensible, moi qui me disais ne plus vouloir d’un homme à mes côtés !

L’ouverture du coeur, la clé du succès !

C’est alors que je me suis rendue compte que pour vivre « libre » et « légère »comme je le souhaitais, j’avais fermé mon coeur ! Acte inconscient mais nécessaire pour continuer d’avancer ainsi. C’était donc ce qui me procurait une sensation de vide ; mon inconscient me parlait car cette attitude générait un conflit avec mon essence. Un signe apparut alors pour me faire entrevoir l’importance de l’énergie sexuelle ; je me suis retrouvée face à un problème de santé en lien avec la sexualité. Cette version là n’était pas moi ! J’aime faire l’amour et ressentir toute l’âme et la sensualité de mon partenaire. Mais lui, comment se responsabilisait-il de sa sexualité ? Je pressentais au fond de moi que les bénéfices de l’acte sont plus puissants et impactent d’autant plus profondément quand il y a un réel lien d’amour avec son partenaire. Cela m’a alors donné envie de comprendre comment fonctionne l’énergie sexuelle.

L’énergie sexuelle est ce qu’il y a de plus puissant sur terre, elle est la source de tout succès chez l’homme. Napoleon Hill

Cette énergie est la plus puissante que l’on puisse créer dans notre corps. Elle nous donne, plus que toute autre stimulant, la capacité de nous mobiliser dans l’action. Bien plus que la drogue, l’alcool ou l’argent. Dans son livre « Réfléchissez et devenez riches », Napoleon Hill expose les différents points communs que l’on retrouve chez les personnes qui ont réussi à gagner beaucoup d’argent ; l’un d’entre eux est cette formidable énergie créatrice. Seulement, la majorité d’entre nous utilise cette énergie uniquement dans la recherche de la satisfaction sexuelle. Or, ce que nous ignorons complètement, c’est que nous avons le pouvoir de canaliser cette énergie, plus spécifiquement nommée « désir ». En la dirigeant vers des objectifs précis, elle nous permet d’accéder à la réussite de tous nos projets. Il faut avoir le désir hardant de réaliser un rêve pour le voir s’accomplir. L’énergie sexuelle est un puissant pouvoir créateur. C’est pourquoi il est fondamental de ne pas la gaspiller. Nous avons tous besoin de cette énergie pour vivre, mais contrairement à ce que nous en faisons aujourd’hui, elle n’est pas uniquement destinée à l’assouvissement d’une pulsion physique.

Canaliser notre énergie sexuelle

Bien entendu, il ne s’agit pas de nier notre sexualité. Mais plutôt de canaliser cette énergie de façon plus précise dans des entreprises de qualité. Il s’agit de préférer « faire l’amour » avec une personne qu’on aime plutôt que « baiser », car l’énergie générée par l’acte n’en sera que plus puissante pour nous accompagner dans notre évolution de vie. Les personnes qui rencontrent le succès sont celles qui se concentrent sur un nombre restreint de buts à atteindre. Le problème vient du fait que beaucoup de personnes pensent faire l’amour alors qu’ils transpirent juste ensemble pour assouvir leurs pulsions. L’éparpillement et l’instabilité sont donc stériles. En nous comportant de la sorte nous ne construisons rien, nous ne sommes pas dans la création, et ce constat amère se fait ressentir dans nos vie ; frustrations, ennuie, mal-être, dépression… C’est un cercle vicieux. C’est l’énergie de création qui nous fait vibrer. Changer d’attitude demande d’avoir la conscience de l’acte. Les comportements de séduction, de drague compulsive ne seraient-ils pas révélateurs d’un ego affamé de confiance et d’estime de soi,  en recherche d’accomplissement d’actes créateurs de vie ? Nous avons tous envie et besoin de vibrer. Mais doit-on pour autant nous inscrire dans la recherche de sentiments amoureux renouvelables dès qu’ils disparaissent, amenant à faire défiler une personne après l’autre dans son lit ? Doit-on s’inscrire systématiquement dans une excitation pornographique qu’on banalise pour mieux nous faire oublier notre potentiel créateur ? Maintenir cette énergie créatrice est fondamental pour chacun, mais nous ignorons la meilleure façon de le faire.

En ces temps de confusion et d’ignorance dans cette société devenue schizophrène, le constat est alarmant ; nous ne savons plus faire l’amour ! Nous permettons trop souvent à notre énergie sexuelle de s’exprimer physiquement ; faire jouir sa/son partenaire renforce notre ego et nous donne une sensation d’un pouvoir illusoire qui disparaît dès le lendemain. Nous ne savons pas persévérer ni être honnête envers nous-mêmes. Nous n’avons pas appris à nous connaître. Nous consommons afin de remplir nos vides intérieurs sans soigner les blessures qui les ont créé. Toute entreprise créée avec le coeur a toutes les chances d’aboutir au succès sur le long terme. Que ce soit matériellement comme en amour. Et il nous est tous arrivé, sans en être conscients, de réaliser des actes de cette façon.

Pourquoi en est-on arrivés à gaspiller cette énergie créatrice ? Pourquoi tant d’hommes en arrivent à traiter les femmes comme un objet sexuel (même s’ils ne commettent pas de viol) qui sera rejeté ensuite ? Pourquoi tant de femmes acceptent de jouer ce rôle hyper-sexualisé destiné à satisfaire l’homme ; l’exciter afin qu’il atteigne l’orgasme à tout prix ? Doit-elle uniquement s’inscrire en réponse à l’appétit sexuel de l’homme ?

Pour se reconnecter à sa puissance de création

La plus haute vocation de la femme est de conduire l’homme à son âme afin de l’unir à la source. La plus haute vocation de l’homme est de protéger la femme afin qu’elle soit libre de marcher sur la terre, saine et sauve. Proverbe Cherokee

Je ne comprenais pas comment la plupart des gens ressentent le besoin de « s’interpénétrer » aussi superficiellement qu’on dit bonjour à quelqu’un que l’on croise dans la rue. Baiser fait-il partie des nouvelles règles de politesse d’aujourd’hui ?  J’avais l’impression d’être un ovni, de passer pour une coincée ! C’est alors que j’ai découvert le livre de Barry Long, « Faire l’amour de manière divine ». Dans cet ouvrage, il explique comment nous en sommes arrivés à ce douloureux paradigme, comment fonctionne l’énergie sexuelle et pourquoi nous avons intérêt à réapprendre à faire l’amour. Nous pouvons substituer ici « divin » par « essence », qui est notre être authentique sans le mental ni l’ego ; notre énergie créatrice.

Il nous dit qu’au commencement des temps, à l’état originel de l’homme et de la femme, tous deux irradiaient d’un magnifique halo doré partant du plexus solaire. La femme était le pôle serein de l’amour sur terre, l’amour pur. L’homme représentait le pôle actif, gardien de la femme sur terre. Le principe masculin était pure autorité responsable de maintenir l’amour entre l’homme et la femme. Au commencement, l’homme et la femme étaient des essences qui entretenaient la conscience et leur caractère divin dans leur façon de faire l’amour physiquement. De la manière extatique qu’ils avaient de s’accoupler était générée une énergie très puissante qui maintenaient leur propre énergie créatrice ainsi que le lien qui existait entre eux, de façon beaucoup plus profonde, plus longtemps et malgré la distance qui pouvait les séparer. Lorsque l’un ou l’autre avait besoin d’énergie, ils étaient attirés l’un vers l’autre, instinctivement complémentaires, et faisaient l’amour. L’homme régénérait son amour à elle, pendant qu’elle lui rendait son autorité par son amour. Rechargés de leurs énergies, ils s’illuminaient l’un l’autre. Certes, cela sonne comme un mythe, mais il explique bien la vérité de ce que nous sommes profondément.

Tout cela changea lorsqu’il fallut construire le monde et s’inscrire dans un processus analytique plus mental. Le langage se développa et une nouvelle organisation sociétale commença à se mettre en place. Ils étaient occupés à d’autres choses qu’à prendre soin de leurs propres énergies et s’éloignèrent de plus en plus de leur être authentique. Comme ils ne maintenaient plus leur énergie, ils en arrivèrent à perdre la conscience de leur essence. La distance et l’absence d’amour créés par la parole ont fait qu’ils n’arrivaient plus à faire l’amour physiquement de la bonne manière. C’est alors qu’apparurent incompréhension mutuelle et émotions bien éloignées de la plénitude de l’amour ressenti auparavant. Ils accomplissaient le même acte physique mais étaient incapable de libérer et de générer l’énergie créatrice nécessaire. Tous deux se sentaient dans l’ignorance et le mécontentement ; l’homme perdit son autorité et montrait son impatience envers elle. Il se mit à être agité et constamment affairé. La seule façon qu’il eût de récupérer cette autorité qui la contenait fût d’utiliser sa force physique et économique supérieures pour la contraindre dans une position sociale inférieure. Cela la mit dans une rage qui engendra le démon féminin. Car elle n’oubliera ni ne pardonnera jamais à l’homme son injustice et sa corruption de l’amour.

La sexualité est essentielle. Mais pour bien maintenir notre puissance créatrice, nous aurions intérêt à apprendre à la générer dans l’amour profond et véritable. Ceci afin de nous inscrire dans un projet de vie en accord avec notre essence, notre âme. Et cesser enfin de générer le malheur et une certaine misère humaine. La plupart des médias, la pornographie et l’industrie du fitness ont véhiculé des standards de beauté illusoires et préjudiciables pour la femme. Elles ont créé des hommes n’ayant cesse de consommer leurs corps, pratiquant l’acte sexuel pour leur seul plaisir.

Tout est énergie !

Nous sommes un corps énergétique et lors de nos rapports sexuels nous mélangeons notre énergie avec celle de notre partenaire. Lorsqu’un homme éjacule dans une femme, son énergie y reste durant de nombreux mois. Toutes ses émotions négatives vont venir se mélanger à notre champs énergétique, y compris celles des précédents partenaires. Le mélange de mauvaises énergies (basses vibrations) créé des maladies, ce qui est une des premières causes des MST. Pratiquer l’acte sexuel sans conscience de notre essence sacrée peut alimenter une énergie de basse vibration dans notre corps. La mode actuelle qui incite de plus en plus de personnes à coucher ensemble pour se sentir « libres » et « ouverts », tuer le temps et éprouver un simple plaisir leur est finalement préjudiciable. Non pas en rapport à une quelconque morale puritaine mais pour leur énergie créatrice qu’ils détruisent à petit feu.

Combien de femmes ne réalisent pas l’amour qu’elles sont dans leur essence et qu’elles peuvent l’offrir en toute confiance à un homme. Cet amour pur est passion, si éloigné des sentiments amicaux profonds et de la seule excitation pornographique d’un corps. Combien d’hommes doivent apprendre à se reconnecter à leur coeur pour aimer enfin une femme sans crainte de se sentir émotionnellement engagés ? Comment faire pour réapprendre à faire l’amour ?

Le slow sexe

Cesser de nourrir son ego en abandonnant l’idée de la performance sexuelle. Le coeur est le grand transformateur de l’énergie sexuelle. Dans l’article paru en août 2016 « Slow sexe, ou comment prendre soin de son couple » [infobox maintitle= »Slow sexe, ou comment prendre soin de son couple » subtitle= » » bg= »pink » color= »white » opacity= »off » space= »30″ link= »http://queenbelili.fr/index.php/2016/08/27/slow-sexe-ou-comment-prendre-soin-de-son-couple-2/ »] j’abordais la notion de tantrisme dans la  sexualité. Cette pratique amène la conscience sur la capacité de l’union sexuelle à la régénération mutuelle et la potentialisation de l’énergie sexuelle de l’homme et la femme. La sexualité est la source de l’énergie créatrice. Le coeur, situé au centre des points énergétiques du corps, en est le grand transformateur. Et la conscience, dont le point est situé au sommet de crâne, est l’initiatrice, celle qui oriente l’objectif de la transformation de cette énergie.

6270b1f0e08af01e3679b827f3508e41-lLors de l’union sexuelle, il se créé un cercle d’énergie entre les deux partenaires. L’énergie émise par le sexe de l’homme pénètre par celui de la femme qui la reçoit. Si cette énergie est amour, elle remonte jusqu’au coeur de la femme qui émet à son tour en direction de l’homme qui la reçoit en son coeur pour la faire redescendre vers son sexe. Cette dynamique nous amène à comprendre que pour s’ouvrir véritablement, donc en toute confiance, la femme doit sentir que ce qu’elle émet de son coeur est complètement reçu par le celui de son homme. En se sentant accueillie dans toute son essence, tout son amour, elle est disposée à accueillir le sexe de l’homme en elle. L’excitation préliminaire n’a même plus lieu d’être car si cette énergie est canalisée par le coeur et la conscience, la puissance de l’énergie traversant chacun des partenaires, l’acte physique s’accomplit instinctivement et amène à l’extase. Dans cette alchimie, les énergies du coeur et du sexe s’unissent et s’interpénètrent. Une nouvelle énergie se créé, nourrie par les qualités de chacun. Il faut beaucoup de respect, d’intégrité, pour amener le climat de confiance nécessaire à la réalisation de cet acte en conscience. L’amour pur est nécessaire car il fait s’ouvrir le coeur et clarifie et apaise le mental.

Qu’il est doux de ressentir l’énergie de son amour, hors du temps, être l’un en face de l’autre et se perdre dans son regard sans rien dire, de caresser ce corps en le redécouvrant et se fondre dans la douceur de sa peau, de respirer l’odeur de cette peau si particulière et de se remplir des formes de son corps. Toucher et se laisser toucher. Se sentir accueilli et entouré par ses bras nous fait entrevoir toute la lumière de notre essence.

Ce qui est évident, c’est que pour maintenir l’énergie créative essentielle à tout être, la notion d’engagement est forcément impliquée. Repensez à un projet qui vous tenait à coeur de réaliser et que vous avez réussi à concrétiser dans le passé. C’est un lieu commun que de rappeler que pour qu’un rêve ou une idée se réalise, il est évident que nous nous engageons complètement dans ce projet. Nous mettons naturellement en oeuvre, pas après pas, tout les moyens nécessaires pour l’aboutissement positif dont nous ne doutons pas. Quelquefois cela avance rapidement et facilement, puis d’autres fois des blocages et ralentissements inattendus se font sentir. Pour autant, nous ne lâchons rien. Nous trouvons d’autres chemins pour y arriver.

L’engagement en amour, comme en toute entreprise de choix, est nécessaire et fondamental. Pourtant, aujourd’hui on tente de se convaincre qu’il faut s’en passer pour se sentir libres. Être libres signignifie-t-il que nous soyons irresponsables envers quiconque ? Nous avons la responsabilité de nous respecter nous-mêmes pour respecter son/sa partenaire. Devenir responsable, c’est s’engager de ses actes en toute conscience et toutes circonstances dans sa vie. C’est la condition sine qua non du succès de sa vie. C’est une belle valeur, non ? Et pour cela, nous devrions commencer par apprendre à nous aimer. En nous rapprochant de notre essence et en la choyant.

Cet article est fortement inspiré par : 

Napoléon Hill est né le 26 octobre 1883 et décédé le 8 novembre 1970. C’était un auteur américain, ce fut l’un des premiers auteurs à mettre en évidence le rapport entre le succès et le pouvoir de la pensée. Son livre le plus connu qui explique bien ce concept est « Réfléchissez et devenez riche »qui est l’un des livres les plus vendus de tous les temps. Il a écrit à propos du pouvoir des croyances et de la foi, et le rôle qu’elles jouent pour atteindre le succès. L’une de ses citations les plus connus est « ce que l’esprit peut concevoir et croire il peut l’obtenir. »

Napoleon Hill – « Réfléchissez et devenez riches »

Barry Long est un maître spirituel australien dont la vie a basculé à 31 ans. Marié, menant une vie de famille heureuse, et une brillante carrière dans le journalisme, son amour de Dieu était si intense qu’il vécut l’embrasement d’une crise intérieure et traversa une douleur émotionnelle extrême. Finalement, il rencontra une femme qu’il aima d’une telle intensité que cet amour de Dieu et cet amour de la femme devinrent un. Une vision lui révéla que celle-ci, sa divine Bien-Aimée, la Femme à l’intérieur de toutes les femmes, était Dieu. C’est cette connaissance de l’Amour divin que nous offre ce livre.

Barry Long – « Faire l’amour de manière divine » – Ed. A.L.T.E.S.S.

 

 

 

Cet article intitulé : "L’union sexuelle : pornographie ou Tantra ?" ( https://cecilericolleau.fr/2016/12/dynamique-de-lunion-sexuelle-pornographie-ou-tantra/) a été écrit par Queen Belili le 7 décembre 2016 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Laisser un commentaire