Assiste-on à une évolution particulière de plusieurs siècles de domination masculine ? : un machisme légitimé car entretenu par certaines femmes. Le modèle patriarcal en place depuis des siècles a tellement annihiler le pouvoir féminin qu’il a fini par déteindre sur certaines d’entre elles. Ainsi, malgré cette intention délibérée d’asservissement de la femme par l’homme, la frustration de cette dernière a fini par générer du mimétisme dans les valeurs de son évolution sociale.

Ne supportant plus d’être asservies et afin d’éviter d’être leur victime, des femmes ont commencé à utiliser les mêmes codes que leurs « bourreaux ». Donc, l’idée que pour s’en sortir et réussir dans la vie il faut soumettre l’autre est bien ancrée jusque dans la tête de certaines femmes. C’est la constatation malheureuse que tout être malmené peut finir par devenir lui-même mal meneur ! Et cette attitude ne rapproche pas pour autant la femme de son essence, de son pouvoir. C’est ce qu’on appelle un leurre.

Lorsqu’une femme a perdu la connexion à sa véritable essence féminine, elle a tendance à caler son comportement et sa forme de pensée sur celui de l’homme « dominateur ». Vous savez, cet homme dont on dit qu’il en est « un » parce qu’il pense et agit comme si tout ce qui existe dépendait uniquement de lui et de son sexe. Comme si l’unique rapport aux autres passait par leur domination et le manque d’empathie et de sensualité ; « Je fais ce que je veux de toi et je consommerai tout ce que je désirerai ! ». Comme si l’interaction avec l’autre ne pouvait exister autrement que par le désir sexuel qu’il suscite.

Dans les relations « amoureuses », certaines femmes adoptent ainsi le comportement de prédatrices. Elles chassent les hommes qui deviennent ainsi des objets de désirs. De fait, beaucoup d’homme se sentent déstabilisés face à cette attitude ! Voire désarmés ! Surtout ceux qui ont atteint la part noble de leur masculinité. Ça donne des situations hallucinantes de brutalité émotionnelle pour certains.

Ainsi, un ami me racontait comment, après une soirée fort agréable en jolie compagnie, alors qu’il prenait soin de « sensualiser » leur union, il s’était entendu lancer par sa belle partenaire au beau milieu de leur acte d’amour : « Et tu vas me remuer quand ?!!! ». Il s’est alors dit que cette femme avait uniquement besoin d’une certaine cadence et brutalité de mouvement pour pouvoir prendre du plaisir. D’ailleurs, de quel plaisir parle-t-on ici ? Il lui a donc donné ce qu’elle souhaitait, un peu la mort dans l’âme, le cœur fermé. Pas de place pour la sensualité. Indécent, voyons !

Et puis, le témoignage de cet autre ami qui lors d’une soirée, installé au bar à discuter, a vu s’approcher vers leur groupe une des femmes qui s’enhardissaient à danser seule et langoureusement sur la piste en jetant des œillades autour d’elle afin de repérer qui l’admirait. Vous savez, cette danse qui surgit du fin fond d’un pays proche de l’Inde et du Tantra, c’est assez flou, et dont une des caractéristiques réside dans le fait qu’il est évident que la danseuse s’est faite inséminer des boules de Geisha. Leur nombre dépendant de l’intensité de la danse ! Et cette femme, de s’arrêter devant lui en le regardant droit dans les yeux et de lui sortir sans sourciller : « Tu sais que tu as de la chance, toi ?!! ». Interpellé de la sorte, stupéfait, les quelques mots qui sont sortis de sa bouche furent : « Aaah, et pourquoi donc ? ». Et la belle de répondre avec le même aplomb : «  Ben parce que tu m’as rencontrée et que je vais te faire passer une nuit que tu n’es pas prêt d’oublier ! ».

Serions-nous donc arrivés au Graal tant attendu par les femmes, ce moment où elles se sentent au même niveau que l’homme parce qu’elles pratiquent le sexe comme peuvent le faire certains d’entre eux ? Oui car désormais il est facile et revendiqué de consommer du sexe pour les femmes aussi ! Pour preuve, la création de ce site où 40% d’entre elles, mariées, sont présentes de façon gratuite et sur le principe de leur évaluation des hommes qui y sont utilisés :

1er site de rencontres extra-conjugales pensé par des femmes : Gleeden ! 

Le problème c’est que, derrière tout ça, on ne ressent pas la volonté de développer des relations profondes basées sur la sensualité, l’écoute et la synchronisation avec l’autre. Ces relations-là se révèlent au final superficielles. Un peu comme un rail de coke dans une journée, pour ne pas dire une vie, quelque peu morose. Le retour est souvent décevant, la morosité toujours présente. C’est finalement peu se respecter que d’adopter ce style d’interaction. Cela revient à s’offrir ou à appréhender l’autre comme un objet suscitant ou non du désir.

Les femmes qui adoptent cette attitude, même à peine masquée, n’ont finalement pas accédé à leur pouvoir. Elles ne sont pas plus honorées par l’homme. Car une femme qui est dans sa pleine puissance féminine a compris que sa valeur n’a rien à voir avec sa sexualité, qu’elle n’a pas besoin du regard de l’homme pour s’aimer. Elle ne rejette pas non plus ses qualités féminines pour accéder à sa puissance et recherche l’alliance avec un homme qui développe sa puissance masculine en complétude et honneur de la femme. Car cette femme a compris le sens spirituel et l’acte sacré de la relation amoureuse. Elle a compris que faire l’amour n’est pas être dépendante d’une soif émotionnelle et physique pour attirer l’attention sexuelle de l’homme.

Dans son ouvrage « Faire l’amour de manière divine », Barry Long explique très bien comment, en perdant notre calme intérieur à cause de l’ultra stimulation extérieure de ce Monde, nous avons perdu la façon juste de faire l’amour :

La femme a appris à faire l’amour par l’intermédiaire de l’homme, qui ne sait pas comment faire l’amour. D’où l’atroce situation dans laquelle se trouve l’amour. Depuis le début des temps, la femme a été manipulée et encouragée à sentir que l’expression la plus noble de son amour était de satisfaire l’homme sexuellement. La vérité est à l’opposé. L’expression la plus noble de l’amour est que l’homme la ravisse sexuellement. Ceci n’est possible que lorsqu’il parvient à lâcher son excitation et sa préoccupation de l’orgasme, et à être suffisamment désintéressé ou présent en amour pour recueillir et recevoir les énergies divines de la femme. Pour lui, celles-ci sont l’expression la plus élevée de son amour à elle. 

Et lorsque l’amour est présent, le plaisir généré par l’union sexuelle est bien plus puissant et dure beaucoup plus longtemps. La frustration n’est plus. Quand la femme consciente de son énergie féminine rencontre l’homme qui a su laisser disparaître son ego pour accéder à son intériorité, nous avons à faire à deux êtres magnifiques en pleine maîtrise de leur pouvoir. Différents mais en totale complémentarité.

C’est ce que Jean-Philippe Ruette, auteur du livre « Ulysse de banlieue », a expérimenté avec la « Dame de ses pensées » en rétablissant l’équilibre dans le couple qu’il forme avec elle depuis plus de 10 ans. Le blog qu’il a créé pour témoigner de son cheminement intérieur en tant qu’homme afin de se reconnecter avec sa femme est un bel exemple de ce qu’il est possible de faire pour accéder à un autre niveau dans la relation amoureuse :

 S’avancer en elle… quand le Lingam ouvre La Yoni

On m’a fait remarquer avec justesse que ce que j’écris à propos de l’ouverture du cœur de l’homme peut aussi se transposer à l’ouverture de la Yoni, du Temple sacré…

Lorsque le sexe de l’homme est connecté sur son cœur, il cesse d’être connecté au mental-qui-fantasme et se retrouve alors alimenté par l’Amour, par la beauté de la femme qui allume son cœur… et enflamme son désir.

Le sexe de l’homme devient alors le Lingam, littéralement « bâton de lumière » et se met à briller, à rayonner tout comme rayonne le cœur de la femme.

Devant cette lumière, et parce que la connexion cœur-cœur est établie, la Yoni va se creuser d’elle-même, s’ouvrir pour accueillir en elle cette lumière, la force de l’homme réunifié, de l’homme qui brille.

Les corps se magnétisent… le désir s’éveille… la chaleur monte… les cœurs brillent… tandis que le feu embrase son ventre à elle, son ventre à lui…

Il est en elle… tout entier, en corps et en conscience… il apporte l’Amour en elle… et vous le savez, l’Amour ouvre, l’Amour dénoue, l’Amour guérit…

Cet article est fortement inspiré 

  • de l’ouvrage de Barry Long « Faire l’amour de manière divine »,  paru chez A.L.T.E.S.S..

Maître spirituel australien dont la vie a basculé à 31 ans. Il s’agit d’un enseignement fondamental, pas toujours facile à suivre, qui permet à la femme d’être l’amour qu’elle est en vérité et à l’homme d’être d’avantage digne d’elle.

  • Jean-Philippe Ruette, créateur du blog « au-delà des écrans » qui a donné le livre « Ulysse de banlieue »

 

Cet article intitulé : "« Et tu vas me remuer quand ?!! »" ( https://cecilericolleau.fr/2016/10/et-tu-vas-me-remuer-quand/) a été écrit par Queen Belili le 17 octobre 2016 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Cet article a 2 commentaires

  1. Tati

    ‘me suis étranglée de rire !!
    Mais quand même : c’est quoi la danse avec les boules de geisha ???
    ‘pas trouvé sur YouTube…

    1. Queen Belili

      C’est totalement empirique, apparemment !!!

Laisser un commentaire