Je regarde notre monde aujourd’hui, son actualité, les événements dans la vie des gens qui m’entourent autant que la mienne. Tout à coup, j’ai la sensation d’être traversée par une flèche porteuse de message venue de je ne sais où, je vois apparaître le mot : ACCUEIL !

Comme une bouteille à la mer, je le reçois comme un signe fort.

Est-ce que la majorité des problèmes que nous rencontrons serait liée à la notion d’accueil ? A notre capacité d’accueillir la vie, les autres, l’autre. Avec toutes leurs différences et leurs valeurs. Ne serait-ce pas là la clé de notre mal-être, pour ne pas dire malheur ?

En France, notre société est bâtie sur le rêve illusoire que nous sommes des êtres autonomes et indépendants. Nous n’avons besoin de personne d’autre que les individus que nous sélectionnons. Nous pensons fermement que chacun de nous doit construire « sa » vie sur le principe du choix que nous avons pris. Nous misons tout sur ce concept en excluant toute personne étrangère à ce schéma de valeurs et de pensée. Nous en sommes arrivés à croire que tous les individus qui, pour des raisons délibérées ou subies n’appartiennent pas à ce « modèle », sont anormaux voire dangereux.

Bien entendu, il est assez courant de se lier à des personnes dont certaines valeurs sont proches des nôtres. Mais ce type de lien n’est pas si naturel que ça. Sinon comment expliquer que deux personnes puissent s’aimer malgré la couleur de leur peau, de leur confession religieuse, la distance ou bien de la catégorie sociale à laquelle ils appartiennent ?

Naturellement, la résonnance positive peut se créer avec n’importe qui. Et la mixité apporte de très belles choses. Dans la génétique, les valeurs et la façon de vivre. Faire la rencontre de l’autre, c’est s’ouvrir à une autre manière de faire et de vivre la vie. Cela peut nous apporter une autre façon d’aborder la vie, de se nourrir, se ressourcer, se soigner, d’élever nos enfants, etc. C’est un enrichissement permanent qui nous permet d’apprendre toujours pour évoluer. Cela peut aussi nous rappeler ces choses que nous avons oubliées.

En fait, si nous regardons bien, rester dans un schéma immuable fait que nous pensons avoir raison. Nous nous érigeons derrière des principes qui nous font nous renfermer sur nous-mêmes. Et bien souvent, se renfermer sur soi-même avec les mêmes croyances nous empêche d’accéder à la créativité. C’est comme cultiver une terre à laquelle nous n’apportons plus rien de vivant. Elle cesse d’être fertile !

Accueillir revient à savoir recevoir et donner

Savons-nous réellement recevoir ? Pour recevoir il faut sentir et accepter que nous sommes incomplets. C’est cette notion d’humilité qui fait de nous des êtres en devenir qui avons besoin d’apprendre. Nous sommes uniques mais nous avons besoin des autres. Vivre sur cette terre tous ensemble fait que nous sommes tous reliés. Nous somme interconnectés les uns aux autres ; hommes, femme, animaux, végétaux, minéraux. Nous sommes un TOUT ensemble et pour continuer à perpétuer la vie, il nous faut apprendre à accueillir ce TOUT = les autres !

Pour donner, il faut se sentir assez forts et assez remplis pour ne pas avoir peur d’être en manque de quoi que ce soit. Ainsi, nous n’avons plus peur de tendre la main ni de tomber. Et puis tomber n’est pas si terrible lorsque plusieurs mains vous sont tendues !

Je me souviens au plus profond de mes origines qu’elles ne sont pas uniquement françaises. Que mes grand-parents maternels ont fuit leur pays ravagé par cette guerre civile espagnole si fratricide qu’elle n’est, à ce jour, encore pas digérée en Espagne. Ils n’étaient ni communistes ni « têtes brûlées ».  Mon grand-père était issu d’une famille bourgeoise dont certains des privilèges étaient l’accès à une éducation d’un bon niveau dispensée essentiellement chez les Jésuites ainsi qu’à la profession de militaire. Mes arrières grands-père et oncles étant eu-mêmes hautement gradés au moment de la prise de pouvoir du Général Franco.

Néanmoins, ces personnes n’ont pas accepté ce manque d’humanité infligée par une poignée de gens qui pensaient avoir raison pour les autres, aidés par l’église catholique de cette époque. On tuait les gens parce qu’ils ne se pliaient pas au schéma de pensée imposé. Certains des militaires de ma famille ont été fusillés pour avoir refusé de collaborer. Croyez-le si vous voulez, mais même s’ils ont pu être accueillis en France à ce moment-là (parfois difficilement : il existait un camp de concentration à Argelès à cette époque !), mes grand-parents ont toujours ressenti le manque de leur pays. Leur intégration a pu se faire grâce à quelques mains tendues.

Pour le meilleur ou pour le pire, cette histoire a fait que je suis française aujourd’hui et qu’un membre de la famille, Fernando Arrabal, ait pu continuer son oeuvre d’écrivain, contribuant ainsi faire vivre la culture franco-espagnole !

Et la vie ne peut se créer que dans l’accueil.

Cet article est fortement inspiré par :

L’actualité dramatique d’Alep, les difficultés d’accueil de réfugiés en Gironde, les difficultés (momentanées) que nous rencontrons tous dans nos vies actuellement.

Photo : Benoît Mortreux

Cet article intitulé : "Apprendre à accueillir" ( https://cecilericolleau.fr/2016/10/apprendre-a-accueillir/) a été écrit par Queen Belili le 7 octobre 2016 et publié sur Cécile Ricolleau - Hypnologue - Thérapie Quantique.

Vous aimez cet article, partagez-le dans son intégralité en citant la source et l’auteur !!!


Laisser un commentaire