#3479
Sylvie Pommier
Participant

Bonjour Philippe,

Je te remercie pour ton retour authentique et je ne te cache pas que j’apprécie de te lire ;-).

Tu possèdes en effet de belles qualités d’écriture et d’expression qui rendent tes textes enrichissants. Guérison et transmission… Pourquoi cela ne m’étonne pas ? Voilà de quoi se projeter dans un futur passionnant !

Les heures miroirs nous accompagnent et nous guident effectivement, si tant est que l’on y apporte de la conscience et que l’on en cherche l’interprétation. Intriguée et d’une curiosité débordante, je me suis intéressée à la numérologie qui, au demeurant,  était déjà présente dans mon entourage durant mes jeunes années puisque ma tante pratiquait cette discipline. Encore une « preuve » qu’il n’y a pas de hasard 😉

Prendre conscience du message qu’elles délivrent peut nous faire grandement évoluer, soit en nous replaçant sur les rails, soit en confirmant la bonne direction empruntée. Il n’y a pas de hasard à regarder l’horloge (quelle qu’elle soit) au moment précis d’une heure miroir, c’est un message de notre conscience supérieure, notre âme, notre être authentique, quelque soit la dénomination qu’on lui donne. Bref, c’est une guidance personnelle.

Il se peut même, peut-être, que tu possèdes un maître nombre dans ta numérologie, ce qui signifierait que tu as une « mission » humanitaire… Je n’aime pas beaucoup employer ce mot car malheureusement trop galvaudé par le new-age. Un grand nombre de vieilles âmes ont choisi de s’incarner à nouveau dans notre époque afin d’aider, chacune à sa petite échelle, à l’évolution l’humanité et le passage vers cette nouvelle terre.

Le 7 Philippe est un chiffre sacré (les 7 pêchés capitaux, les 7 jours de la semaine, la création du monde en 7 jours, les 7 chakras principaux, les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, 7 ans l’âge de raison de l’être, les 7 éléments chimiques de la table de Mendeleïev, les 7 plaies d’Egypte, etc…). Bien que pour toi il corresponde à l’année de naissance de ton amour et je comprends parfaitement la résonance qu’il peut avoir à ce niveau mais au-delà c’est le chiffre de la spiritualité, de la connexion divine. Selon la numérologie, nous vivons des cycles de 9 ans, soit 11 cycles dans une vie pour celui qui atteint les 100 ans ;-). Chaque année, en commençant par l’année 1 nous apporte une connaissance (normalement) et le tout est récapitulé, analysé et intégré en année 9 avant de repartir pour un nouveau cycle. Ce dont je peux témoigner pour l’avoir vécu, donc encore une connaissance et non pas une croyance, c’est que l’année 7 est une forte connexion spirituelle. C’est ce que j’ai vécu toute l’année dernière puisque j’étais en année 7. Depuis je suis passée en année 8 et j’avoue que je « souffre » un peu parfois de cette connexion « perdue »… On est si bien là haut dans l’amour inconditionnel de la vie 😉 et finalement ce sont mes fils qui soufflent aujourd’hui de me voir être redescendue ! Le 7, pour symboliser, c’est « l’homme » qui se connecte à son essence divine afin de faire descendre dans sa vie et donc par répercussion dans la vie de son entourage toutes les valeurs divines que prônait le Christ à son époque. Je fais et ferai souvent référence à Dieu ou à d’autres énergies divines mais cela n’a rien à voir avec la religion. Je respecte toutes les religions mais je n’appartient à aucune. Dieu pour moi est bien au-delà de toutes ces limitations insufflées par l’homme en recherche de pouvoir. En d’autres mots, tout ce que j’ai expérimenté de divin en 2019 ne m’a pas dominé mais plutôt « éclaté le coeur » 😉

Et si cette répétition de 7 que tu vois était une invitation à développer ta spiritualité, ta connexion à ton essence divine ? C’est juste un ressenti que je te partage là.

Sortir de l’attachement. Oui vaste sujet ! Par ton âge tu peux imaginer le nombre d’années durant lesquelles tu as baigné et t’es imprégné de cet attachement… Attachement à la famille, aux autres, aux biens, à la personne-alitée et tous ses rôles, etc… C’est en effet un gros travail pour ne pas dire le plus gros chantier ! Se sentir coupable revient à ne pas s’aimer, à ne pas s’accepter dans sa parfaite imperfection humaine Philippe. Tu as vécu ce que tu avais à vivre afin de parfaire ton évolution et chaque expérience est un cadeau qui nous fait grandir. Je serais tentée de te dire que tu as chuté parce que quelque part tu l’as choisi et j’espère que mes mots ne te choqueront pas, je m’explique… Nous avons toujours le choix, en tout temps et en toute circonstance. Mais nous ne le savons pas toujours et les expériences douloureuses sont là pour nous l’apprendre. Quel loup choisissons-nous de nourrir en nous ? Le loup blanc de l’amour de soi et donc des autres, du bien-être, de l’harmonie pour soi et donc avec les autres. Ou le loup noir de la souffrance, de la séparation, de la dualité…   J’ai chuté de nombreuses fois, j’ai souffert souvent avant d’apprendre que j’avais le choix… Il m’arrive encore parfois non pas de chuter mais de m’éloigner de moi-même et chaque fois je réajuste mon acte. La perfection n’est pas du monde humain et ce n’est pas ce que l’on attend de nous. Avant nous avions le libre-arbitre. Soit nous restions humains et déconnectés créant du karma à régler dans la vie suivante, soit nous vivions avec un minimum de connexion pour avancer relativement tranquille. Aujourd’hui nous n’avons plus de libre-arbitre. Nous avons la libre-volonté à la place car nous sommes bel et bien humains, donc imparfaits. Celui qui veut réellement même si c’est dur et même si il n’y arrive que difficilement il sera aidé dans son évolution. Celui qui ne veut pas, qui continu à dormir tranquillement, à consommer, à détruire sera réveillé brutalement et de façon très souffrante.

Alors soi doux avec toi m’aime, accorde toi le droit d’avoir commis des erreurs, des errances. On en est tous là ! Pour transformer il faut pouvoir accueillir car on ne peut transformer quelque chose que l’on n’a pas. Dénier ses erreurs, ses ombres, ses incapacités c’est le travail favori de l’ego qui nous maintient sous sa protection (croit-il, en tant qu’instinct de survie) L’acceptation est la seule voie de libération.

Peut-être pourrais-tu, en séance avec Cécile, émettre l’intention de travailler la dépendance affective…

J’ai fais l’analogie des plans de conscience avec les chakras car c’est comme cela que l’information m’a été transmise dans les livres d’un maître spirituel qui est arrivé dans mes mains malgré moi, en 2019 😉 et je travaille à vivre ainsi, plaçant volontairement mon niveau de conscience toujours au-dessus de la ceinture, du plexus solaire (révélateur de nos émotions) jusqu’au sommet du crâne, la couronne.

C’est juste un choix conscient et entretenu. Je me suis ratée bien des fois au début et je revenais à mon choix. C’est un travail et il devient de plus en plus aisé et automatique avec le temps 😉 Le Dr Murphy comme le Dr Joe Dispenza dans leurs formidables livres expliquent que l’on peut reprogrammer notre subconscient en 21 jours 😉 Aller, on y croit, on est puissant et on se met en chantier… pour l’amour 😉

Chaleureusement, Sylvie