#3398
Catherine Franchel
Participant

Merc philippe, c’est très beau ce que tu écrits, je partage ton sentiment et je remercie profondément d avoir eu le flair daller vers Cecile quand le brouillard n était encore qu une petite brume… Ben oui, car quand il est devenu épais, eh ben elle était déjà là Cécile et aujourd’hui après quelques mois passer dans les torpeurs humide et froide de ce brouillard, je vois le carre de lumière apparaitre au loin…

 

Catherine