#3394
Pauline
Participant

Merci Philippe, merci Céline,

C’est très douloureux, hier je me sentais dans un état second et aujourd’hui j’ai l’impression de vraiment réaliser que je ne le toucherai plus, ne le verrai plus.

Il n’y a rien à faire à part laisser passer du temps. Ce qui est dur aussi c’est que ma jumelle avec qui j’étais en silence radio depuis 1 mois, n’est pas vraiment présente et ça fait super mal au coeur, ça en ajoute une couche. Je l’ai prévenu quand il s’est fait renversé. Elle m’a certes envoyé un doux message mais ne prend pas de mes nouvelles. Mais bon c’est encore là pour se centrer davantage et s’autonomiser. Mais dur dur.

Céline, pour te répondre, mon souhait au départ était de venir en bretagne pour me rapprocher de la mer, de mes racines, de ma famille, et de ma jumelle qui est dans les côtes d’armor. J’ai passé un entretien à la sortie du confinement à Lannion dans les côtes d’armor donc mais n’est pas été retenue. C’était pour être conseillère en insertion en mission locale. J’avais même été voir ma jumelle à la sortie de mon entretien et c’était génial une très belle connexion une vraie joie partagée de se voir et de se dire que peut être nous serions plus proches géographiquement.

Mais suite à ça, la blessure de rejet pas encore nettoyée est revenue. Elle m’a dit qu’elle préfère que je sois un peu plus loin de chez elle, pour que l’on profite mieux. je l’ai très mal accueillie, d’où la période de silence depuis un mois. Elle dans ses peurs, moi dans mon rejet…

Depuis, je me suis dite, et comme en a très bien parlé Cécile dans sa vidéo, dépendance affective toujours bien présente.

Ensuite, et cela fait seulement 3 semaines que je suis ici,  j’ai déjà pris le temps de m’installer avec mes chats chez ma mère. Je regarde les offres d’emploi en formation et en insertion dans l’ensemble de la bretagne. Les maisons également. Mais c’est figé. Idéalement je souhaiterais être à proximité de la mer. J’aimerai davantage Morbihan ou Côtes d’armor. Beaucoup de location saisonnières, ou trop dans les terres, ou (et comme de par hasard) de chouettes locations mais à proximité, trop, de ma jumelle. Donc…

Le départ de Sushi à présent m’interroge. Il est surement là pour me dire de revenir à l’instant présent et comme dit aussi Cécile d’arrêter de vouloir, mais de laisser aller. Période inconfortable, je ne sais pas trop où je vais, et même si la formation est encore pour moi. Je pratique des soins énergétiques également (magnétisme, harmonisation des chakras) et pratique la communication quantique depuis peu, mais là encore je crois que ce n’est pas le moment !

Cécile, que fais-tu toi ? et toi Philippe ?

Cela me fait du bien de vous lire et de sentir que l’échange est là 🙂